Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 10:55

Important : Date de création de l’entreprise…

 

Pour tous celles et ceux qui s’apprêtent à créer ou reprendre une entreprise, qui envisagent de constituer une société, de passer du portage à une entreprise….

 

Attention : ne pas le faire avant le 2 janvier !!!

Pourquoi ?

Et bien vous gagnerez ainsi une année de CFE !

 

Texte de référence :

 

Cotisation foncière des entreprises (CFE)

Mise à jour le 30.07.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Principe

La cotisation foncière des entreprises (CFE) est l'une des 2 composantes de la contribution économique territoriale (CET) avec la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Contrairement à la taxe professionnelle, dont elle reprend l'essentiel des règles, la CFE est basée uniquement sur les biens soumis à la taxe foncière. Cette taxe est due dans chaque commune où l'entreprise dispose de locaux et de terrains.

Pour les nouvelles entreprises

La CFE étant due par les entreprises qui exercent leur activité au 1er janvier de l'année, les entreprises nouvellement créées n'y sont pas soumises durant l'année de leur création.

Ensuite, lors de la 1e année d'imposition, elles bénéficient d'une réduction de moitié de la base d'imposition.

Le créateur ou repreneur d'entreprise doit déposer la déclaration 1447-C-SD avant le 31 décembre de l'année de création ou de reprise, afin que les éléments d'imposition pour l'année suivante soient établis.

Cela concerne :

la création ou la reprise d'un établissement en cours d'année (sauf s'il s'agit d'un transfert total de l'activité professionnelle dans la même commune),

un changement d'exploitant en cours d'année ou au 1er janvier de l'année suivante.

Si la cession de l'entreprise a lieu en cours d'année, c'est le cédant qui est redevable de la CFE pour l'année entière. Il doit déclarer le changement d'exploitant avant le 31 décembre.

Si le changement prend effet au 1er janvier de l'année suivante, c'est le nouvel exploitant qui est imposé sur les bases de l'activité de son prédécesseur et qui doit effectuer la déclaration avant le 31 décembre de l'année de cession.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 19:40

Attention aux arnaques !

Créer son entreprise n’est pas simple, et quand on y parvient, on reçoit une multitude de courriers dont certains sont purement et simplement des arnaques (dans les jours ou les semaines qui suivent la création).

Des sociétés peu scrupuleuses, domiciliées hors de France, aux noms douteux, aux acronymes proches ou identiques des vrais organismes officiels, vous font croire que vous devez payer…

Exemples :

Registre APE (registre professionnel des entreprises) : 234.54 €

EUR – indentification intracommunautaire : 426 €

Infograph Europe : 299 €

RCI (registre du commerce et de l’industrie): 255.95 €

Registre des créations : 179.40 €

RSI (répertoire des sociétés et des indépendants) : 299 €

Euro Reg : 242 €

Info-Siret : 197.34 €

Et depuis peu, CFE : plus de 2000 € (pour une entreprise pas encore redevable de la taxe)

Re

Inf

 

La La forme de ces documents est trompeuse : lettre-facture, injonction de payer….. et dans la précipitation, le créateur d’entreprise ne prend pas le temps de lire toutes les petites lignes (qui vous indiquent que c’est facultatif).

Surtout, ne payez pas !

 

Une autre forme de tromperie : L'insertion dans des annuaires professionnels

Parmi les nombreux documents reçus, certains demandent simplement des renseignements et une vérification d'adresse. En remplissant et en renvoyant ces documents, vous signez sans le savoir un contrat d'inscription dans un annuaire professionnel, et allez donc recevoir une facture, suivie de nombreuses relances, réclamant " le montant de la somme qui figurait en petits caractères et en bas du premier document que vous avez reçu ".

Source DGCCRF.

Surtout ne répondez pas !

 

Comment être certain qu’il s’agit d’une arnaque ?

 

Pour éviter de vous faire piéger, le plus sûr est de décortiquer minutieusement chaque courrier vous demandant un règlement. 

Ne vous précipitez pas sur votre carnet de chèques.

Prenez le temps de vérifier si vous êtes bien à jour de vos diverses cotisations, renseignez-vous auprès d’une source officielle (chambres consulaires), de votre conseiller, votre comptable, des impôts(…), afin de savoir si vous êtes redevable ou non de la somme qu’on vous réclame.

Faites marcher les réseaux, recherchez sur Google la dénomination de la société émettrice du courrier, vous trouverez certainement des témoignages qui en parlent.

Pour ma part, je propose avec plaisir et sans engagement de votre part de vous aider à y voir plus clair.

N'hésitez pas à me contacter en cas de doute quand vous recevez ce genre de document. 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 10:14

 

La psychologie entrepreneuriale.

  Quand on crée sa boite, on se retrouve souvent dans une nébuleuse d’informations de toutes provenances. Il est évident, et humain de n’en capter que la moitié, de n’en comprendre que la moitié, et de n’en mémoriser que la moitié de la moitié de la moitié, vous me suivez ? ….. En final, il n’en reste que 12.5% que l’on va tenter d’appliquer ! C’est peu, mais ça s’explique…

Tant que l’on n’est pas dans l’action, que l’on n’a pas rencontré les cas concrets dont on nous a parlé, il est bien difficile d’en saisir l’importance et l’application pour soi-même. Les cours magistraux, c’est bien, les théories qui concernent tout le monde et personne, oui, mais la pratique, le concret semble plus adapté à la création d’entreprise.

Rappelez-vous quand vous étiez étudiants, lycéens….. Vous compreniez et mémorisiez tout ? Non, bien sûr, comme nous tous !

La première chose qu’il faut avoir à l’esprit, c’est qu’il n’y a pas de honte à ne pas savoir. Prendre conscience que l’on a besoin d’un coup de main dans certains domaines est nécessaire. Créer sa boite ne transforme pas un individu en « magicien » qui sait tout faire.

On a notre métier, notre expertise, les domaines dans lesquels nous excellons. Et nous avons aussi (je vous rappelle que l’être humain est par définition « Humain ») des points faibles, des sujets auxquels nous ne comprenons pas grand-chose, et des tâches que nous détestons.

Je vous ramène de nouveau vers l’école….. Celui ou celle qui avait 20/20 en maths, n’avait-il pas souvent de mauvais résultats en français, et inversement ? (…) Bien sûr vous avez aussi rencontré des « surdoués », ceux qui réussissent tout ce qu’ils font dans tous les domaines ! Mais ils sont extrêmement rares, et il ne me semble pas judicieux de vouloir en faire autant.

Il  n’est pas utile de vous mettre la barre trop haute, et de vouloir tout faire tout seul !

Le chef d’entreprise est avant tout un chef d’orchestre, il dirige et donne le rythme. Il ne sait peut-être pas jouer au piano, mais il est conscient qu’il lui faut un pianiste.

C’est pareil pour le peintre décorateur, il maîtrise les surfaces, les couleurs, et rend belle votre maison… c’est SA VALEUR. Le restaurateur va mijoter des petits plats qui vous mettent l’eau à la bouche, c’est SA VALEUR. Et personne ne sera choqué ou étonné qu’ils ne maîtrisent pas l’informatique, ou les outils de communication.

Nous sommes tous pareils, et tous différents. Nous sommes des êtres humains, et donc imparfaits. Il n’y a donc pas de quoi avoir peur, ni honte, à dire « je ne sais pas », « j’ai besoin d’aide ».

Et franchement, entre nous, il est préférable de dire cela à temps, que d’attendre et s’entendre dire « au secours », « je coule venez me repêcher », car parfois, c’est déjà trop tard !

Nous avons tous droit à l’erreur. L’une des principales qualités du chef d’entreprise est sa capacité à rebondir, à tirer profit de ses erreurs, à s’améliorer. Il s’adapte à son environnement et sait se remettre en question.

Et vous aussi en êtes capable !

 

Auteur de l'article : Catherine Quelven

"c'est un de mes premier articles.... merci de votre indulgence, et de vos retours critiques et constructifs".


Quelques citations philosophiques…à méditer…

 

 

« Je ne sens pas en moi l'étoffe d'un dieu si petit qu'il soit. Ma faiblesse m'est chère.

Je tiens à mon imperfection comme à ma raison d'être. »

 

Le jardin d'Epicure (1894)

Citations de Anatole France

 

« Je ne sais pas même s'il serait de l'intérêt des dieux que

Les hommes n'eussent aucune imperfection. »

 

Histoire de Guzman d'Alfarache (1599)

Citations de Mateo Alemán

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0